vendredi 28 janvier 2011

Egypte : Utilisez Internet pour ceux qui ne le peuvent plus

C'est une première dans l'histoire : l'Egypte devient le premier pays entièrement privé d'Internet* alors que le peuple manifeste contre son président au pouvoir, Hosni Moubarak. Plus d'Internet du tout, comme si le fil qui reliait le pays au réseau avait été débranché. Si cet acte permet de voir clair dans le jeu du régime en place et dans son respect de la liberté d'expression, il est également significatif du nouveau rôle central d'Internet dans la redéfinition de l'espace politique mondial, comme nous le verrons plus tard dans un article à part.

Pour l'heure, la mobilisation bat son plein et il devient difficile de recueillir les témoignages des Egyptiens qui, jusque là, s'épanchaient sur Facebook, Twitter ou la blogosphère comme les Tunisiens avant eux pour faire partager au monde leurs impressions, témoignages, photos et vidéos.

Face à cette cyber-attaque venue d'un gouvernement (un comble), Wikileaks réagit aujourd'hui en publiant une avalanche de câbles diplomatiques concernant l'Egypte. Tout est disponible ici : http://wikileaks.ch/reldate/2011-01-28_0.html

L'objectif est, bien sûr, de sensibiliser le reste du monde connecté et les médias à la situation politique (et à la vraie nature du régime) au pays des Pharaons. Alors qu'Internet servait de moyen d'organisation et de fédération du mouvement dans le pays, sa coupure a fortement affecté la diffusion d'information. Voilà pourquoi il semble important de profiter de notre connexion pour relayer, alors que c'est possible ici même, l'information. Les blogs s'agitent, Twitter n'est pas en reste, les médias font leur travail... Tout cela paraît normal mais, au vu de ce qui se passe en Egypte, considérons que c'est un bien grand privilège que nous avons tendance à négliger.

Dans la lignée de l'affaire Wikileaks et de la révolution tunisienne, la situation en Egypte témoigne bien d'une opposition nouvelle, l'infoguerre (ou infowar, comme on le lit un peut partout) qui montre bien toute l'importance de maintenir la neutralité de l'Internet. Sans quoi des régimes bien peu enclins à assurer la circulation des idées se sentiraent en mesure de couper le robinet, comme ça. Comme en Egypte.

Pendant ce temps, les forces de l'ordre utilisent des balles réelles, des gaz et, apparemment des grenades (en Alexandrie, à vérifier tout de même) contre les manifestants. Le Caire est en état de guerre. Et tout cela est bien réel. Face à cette nouvelle situation, n'hésitez pas à relayer l'information de ce qui se passe en Egypte via un blog, Twitter, Facebook, Delicious, Digg... Cela paraît peu mais, pourtant, énorme quand on considère que les principaux protagonistes de cette histoire ne sont déjà plus en mesure de le faire. 

En relayant l'information, nous contribuons à orienter la position diplomatique de nos gouvernements sur les événements. Ce n'est pas rien.

Lu sur Twitter :

"Si votre gouvernement met fin à Internet, mettez fin à votre gouvernement"

"If your governement shuts down the Internet, then shut down your governement"

Les câbles Wikileaks sur l'Egypte publiés aujourd'hui :

http://wikileaks.ch/reldate/2011-01-28_0.html


28 janvier; 12h48 : suivez l'évolution de la situation en direct sur lemonde.fr :
http://tinyurl.com/4jrqxpb

* Selon Le Monde, la Birmanie l'aurait déjà fait, le pays ne disposant que de deux fournisseurs d'accès tous deux contrôlés par l'Etat.