Dégustation : 5 éléments simples mais essentiels pour profiter d'un vin

Tout ou presque a déjà été dit sur la garde du vin, sa température de service et sa dégustation... Mais encore faut-il l'entendre ! Si quelques éléments vous avaient échappé, voici un petit aide-mémoire sur les points essentiels pour une bonne dégustation. A la vôtre :)

verres_vins_degustation.jpg

 

1 - L'environnement compte

Une pièce bien éclairée, un air dépourvu d'odeurs parasites... Voici de quoi déguster un bon vin dans de bonnes conditions en intérieur. Car si l'on met forcément l'accent sur le goût, on a trop souvent tendance à reléguer l'odorat et la vue au simple rang de sens accessoires alors que ceux-ci, précisément, permettent de profiter d'un vin dans toute sa complexité : robe, bouquet, etc.

Garrafas.jpg

En plein air, c'est bien aussi lorsque le temps s'y prête.

 

2 - Un verre, ça va, un verre sale...

... Bonjour les dégâts. Lavez vos verres avant la dégustation pour éviter les perturbations, notamment visuelles. Et si possible, choisissez un verre approprié pour goûter le vin : de préférence en forme de tulipe, pour permettre de conserver les arômes au moment de les sentir.

gros plan verres vins sud ouest france vinhos taças sudoeste frança

Ces verres, par exemple, sont parfaits pour la table mais un peu trop ouverts pour une dégustation.

 

3 - Votre palais mérite un traitement royal

Inutile de prendre un verre après avoir mâché un chewing-gum ou une pastille à la menthe, rien de bon n'en sortira. Pour découvrir un vin, le palais doit être disponible, donc pas sollicité juste avant. Bien que le mieux soit de ne rien manger du tout avant la dégustation, on comprend aisément que l'envie d'accorder un vin à un mets l'emporte : dans tous les cas, prendre une gorgée d'eau entre les vins est essentiel pour ne pas parasiter la dégustation. Simple et évident, mais encore faut-il le faire !

IMG_20141031_211611__1_.jpg

En salon, le contrôle de la lumière et de l'air compte dans la qualité de l'événement. Ici : le Salon des Vins et Terroirs de Toulouse, en 2014.

 

4 - Il faut le voir pour le boire

Non, le coup d'œil à la robe du vin n'est pas accessoire. Pourquoi ? Parce que les nuances et l'intensité de la robe, surtout sur les vins rouges, donnent de précieuses indications à qui sait les lire : cépage, âge du vin, qualité, stade d'évolution... Par exemple, une parfaite brillance caractérise en général de grands vins rouges. La "viscosité", elle, cette propension du liquide à former des gouttes appelées "larmes" ou "jambes" lorsque l'on fait tournoyer le verre, donne une idée du degré alcoolique du vin. Plus elles sont intenses, "visqueuses", plus le degré de sucre et/ou alcool est élevé.

imagen_mesa_atelie_2014.jpg

Atelier dégustation des vins du Sud-Ouest à l'Alliance Française de Natal, en mars 2014.

 

5 - Bon, on le boit ce vin ?

Oui, mais pas seulement : au nez et à la bouche de rentrer en scène désormais. Puisque vous avez déjà fait tourner le vin dans le verre pour en voir la robe (Cf. point précédent), les arômes libérés devraient déjà permettre à votre odorat de se régaler. Après cela, il est temps de porter le vin en bouche: là, rétro-olfaction, évaluation du vin sous toutes ses formes et plaisir de la dégustation font le reste... 

physiologie_de_l__olfaction.jpg

 

Les deux derniers paragraphes mériteraient clairement un développement plus important ; mais avec ces quelques règles de base à garder en mémoire, voici déjà de quoi s'assurer un bon moment de plaisir en n'oubliant pas, bien sûr, de servir le vin à bonne température, de l'ouvrir un peu avant, de le décanter si besoin... Bref, nous n'avons pas fini d'explorer le monde du vin !

 


IMG_20150130_184952.jpg

 

 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.envoie.eu/fractale/blog/index.php?trackback/252

Fil des commentaires de ce billet