Le vin, ce produit culturel qui s'exporte

Alors que le leitmotiv du "made in France" (ou, d'ailleurs, du "fabriqué en France") se veut à la pointe de la relance de l'économie, l'Hexagone peut compter sur deux éléments de satisfaction : sa gastronomie, reconnue dans le monde entier et inscrite au Patrimoine Mondial de L'Humanité par l'Unesco et... Sa culture qui, selon un rapport commun des ministères de la Culture et de l'Economie, contribue sept fois plus au PIB du pays que l'industrie automobile. Ca tombe bien, le vin possède ces deux dimensions gastronomique et culturelle ; mieux : il importe de le reconnaître comme tel, notamment à l'exportation.

vinothèque vins bibliothèque

La vinothèque, déclinaison liquide de la bilbiothèque

Evidemment, la préparation pour l'Alliance Française de Natal, au Brésil, d'un atelier d'iniciation à l'oenologie et de dégustation des vins du Sud-Ouest n'est pas étrangère à la publication de ce billet. En travaillant sur le thème et l'intérêt pour un établissement culturel français à l'étranger, la dimension culturelle du vin n'en est apparue que plus évidente. De son histoire aux coutumes en passant par la poésie et la littérature nées des moments autour du vin, il y a beaucoup plus à partager que le contenu du verre. Bien sûr, le vin générique et standardisé a fait son trou, notamment ici en Amérique Latine ; mais exactement comme dans chaque pan de "l'industrie culturelle", il importe précisément de mettre en valeur le travail et l'intérêt particulier des créations face aux standards, comme on peut apprendre à faire la différence entre un film de Wes Anderson et un blockbuster. Evidemment, tous les goûts sont dans la nature mais vous m'avez compris.


Une dimension culturelle évidente

Le cas des vins du Sud-Ouest, ceux des cadets de Gascogne, s'avère éminemment intéressant pour affirmer le caractère culturel de la vigne. Si les vins de Bordeaux ou de Bourgogne ont acquis une réputation internationale et inspiré de nombreux hommes de lettres et autres souverains de ce monde, les vignobles du Sud-Ouest affichent un patrimoine riche de traditions, d'histoire(s), de savoir-faire et d'innovations. Le baptême au Jurançon d'Henri IV, la remontée bien avant le XVème siècle du Tarn et de la Garonne par les vins de Gaillac pour s'exporter jusqu'en Angleterre... Avant que Bordeaux n'impose une préférence sur ses vins : les bouteilles ont bien plus à apporter que leur contenu.

En la matière, le vignoble des Côtes de Saint-Mont affiche un caractère historique indéniable. Une parcelle de vignes de la ferme de Pédebernade, à Sarragachies, a été reconnue Monument Historique - une première pour un végétal - en raison du témoignage vivant qu'elle apporte sur les méthodes de cultures anciennes et de sa disposition aujourd'hui unique. En outre, la parcelle de vignes préphylloxériques du village de Saint-Mont donne toujours de magnifiques raisins qui, à leur tour, font d'excellents vins. Bénéficiant d'un soin tout particulier, ce bout de vignoble confère aux vignerons une dimensions de conservateurs de musées à la différence, toutefois, d'un travail sur un élément vivant et encore actif. 

Il manque encore à parler de la littérature, des auteurs antiques à Jean-Charles Chapuzet (pour les vins de Cahors) en passant par Rabelais, de la poésie et de toutes les chansons paillardes ou autres nées à propos ou autour du vin et de sa convivialité, des coutumes, de tous les traits culturels inhérents au breuvage... Bref, il n'est pas étonnant qu'une Alliance Française ait accepté sans condition la tenue d'un tel atelier avec, en fond, la plus-value culturelle que l'on doit absolument reconnaître au vin, notamment à l'export. Et si les vignes du monde entier ont une histoire à raconter, les vignobles français peuvent et doivent se targuer d'en écrire parmi les plus belles pages.

Alexandre Beyrie parcelle vignes préphylloxériques saint-mont
Alexandre Beyrie, chargé de diffusion des vins bio de Saint-Mont, devant la parcelle de vignes prephylloxeriques

A l'heure où la mise en avant de la qualité et du patrimoine font partie intégrante de la stratégie du "made in France", il est important de valoriser cette dimension culturelle du vin, notamment à l'export. Bien plus qu'une bouteille contenant un liquide, c'est une parcelle de terroir arrosée de savoir-faire que l'on acquiert avec du vin ; c'est, précisément, ce message qui doit passer pour que chaque vin en valant la peine raconte son histoire, loin de la standardisation des produits et des pratiques.


Pour aller plus loin : 

Reconnaissance officielle en France du vin comme produit culturel - Enjeux pour les professionnels dans la mondialisation 


Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.envoie.eu/fractale/blog/index.php?trackback/241

Fil des commentaires de ce billet